La passion de l'astronomie !

Imagerie à haute résolution

Réducteur (de focale) : c'est un dispositif constitué d'un système optique convergent (dans le cas le plus simple il s'agit d'un doublet achromatique, les réducteurs plus élaborés - et donc plus chers - comprennent 3 à 4 lentilles) destiné à réduire la distance focale de l'instrument. Le rapport de réduction dépend essentiellement de sa position (de manière plus précise cela dépend de sa focale, laquelle est fixée pour un réducteur donné et de la distance séparant ce dernier du plan du capteur/l'oculaire utilisé).

On vérifie facilement que le taux de réduction est d'autant plus grand (donc la focale résultante de l'ensemble optique est d'autant plus petite) que la distance du plan focal (en lequel est placé le capteur) au réducteur est grande.

Bien sûr, comme toujours, cela serait trop simple s'il suffisait de rajouter autant de tubes allonge que nécessaire entre le réducteur et le plan focal pour obtenir un taux de réduction de plus en plus faible... en effet, le réducteur de focale est conçu pour une distance d'utilisation optimale (on parle de fonctionnement nominal) et il ne fonctionne "correctement" que dans ces conditions : s'en écarter notablement induit l'apparition d'aberrations géométriques conséquentes, en particulier loin de l'axe optique.

Le réducteur Celestron à F/6,3 que j'utilise pour le C8 possède une distance focale d'environ 230 mm. On vérifie par le calcul que la distance nominale entre le réducteur et le plan focal résultant est d'environ 85 mm. C'est cette distance qui doit être respectée pour que cet accessoire travaille au rapport nominal indiqué (soit 0,63 ×).

Remarque : un réducteur de focale, puisque c'est un système convergent (il tend à amener les rayons lumineux vers l'axe optique) rapproche le plan focal de l'instrument. Avec les Schmidt-Cassegrain (donc le C8 que je possède) cela ne pose pas de problème particulier car le back focus de l'instrument est conséquent (du fait du rapport de grandissement important du miroir primaire très ouvert). Il n'en va pas de même avec tous les instruments... et en particulier avec les télescopes de type Newton (il est alors parfois impossible d'atteindre le foyer, trop rentré. Une solution peut consister à acquérir un porte-oculaire dit "low profil" qui permet, éventuellement, d'y parvenir).

A noter également que les problèmes de vignetage deviennent généralement très gênants avec un réducteur : cela est particulièrement évident avec un C8 et de manière générale avec tous les Schmidt-Cassegrain, même si on utilise un capteur de petite taille (comme le Kodak KAF 401E équipant mon Audine - seulement 6,9 × 4,6 mm !)

 


Visiteurs
1
Articles
474
Compteur d'affichages des articles
8816147
Aujourd'hui : 17
Hier : 42
Cette semaine : 366
Ce mois : 1229
Total depuis le 17/05/2007 : 368754